Florian
Florian Cyclo-voyageur. Auteur du livre 'une famille un monde'

On n'est pas encore en retraite...

On n'est pas encore en retraite...

Ca chauffe en France.

Ici, au Pérou, on est encore très croyant et quand tout va mal, on fait une prière. Je vous propose celle-ci :

Mon Dieu, Cette année, tu m’as pris mon chanteur préféré, Jean Ferrat. Tu m’as pris mon acteur préféré, Bruno Cremer. Mon réalisateur préféré Claude Chabrol.

Je désire simplement te rappeler que mes politiciens préférés sont : Sarkozy, Hortefeux, Besson, Coppé…

Amen

Et nous continuons notre petit bonhomme de chemin :

14, 15 et 16 octobre 2010 : Celendin

De notre séjour à Celendin, nous retiendrons les bons petits plats préparés par Rebeca, la maman de Julio qui chaque jour s’efforcera de nous faire découvrir les spécialités locales. Zoé se rappellera de sa journée à l’école où entre deux leçons, elle apprit à jouer au «pis pis».

Nous retiendrons également notre rencontre avec un couple de Suisses qui voyagent à bord de leur 4x4 Toyota et avec qui nous discuterons une soirée. Zoé se souviendra également de la journée passée avec la soeur de Julio à préparer du pain frit, de la confiture de lait et du chocolat chaud pour 4 heures .

Nous retiendrons enfin la leçon du Pérou : un enseignant péruvien gagne 10 fois moins que son homologue français et donne tout ce qu’il a pour que nous soyons bien dans sa maison.

17 octobre 2010 : Celendin - ?

Nous partons de Celendin avec quantité de vivres que nous a offert la famille de Julio : fromages, pop-corn, et confiture. Et tant mieux car à la pause repas nous rencontrons Ken que nous invitons à notre table, ou plutôt à notre pierre. Il est japonais et se rend également à Cajamarca. Depuis la frontière avec l’Equateur, il suit le même itinéraire que nous. A chaque étape, il a entendu parler de cette famille française qui voyage avec 2 ninas. Et les Suisses que l’on a rencontrés à Celendin nous ont parlé de ce Japonais qui voyage avec un skateboard sur son vélo.

Nous discutons avec Ken dans la seule langue que nous avons en commun : l’espagnol. Il est surpris que nous ayons autant de nourriture. On se régale. Et comme il voyage dans le même esprit que nous , nous roulons ensemble jusqu’à l’étape du soir où il nous prépare un riz sucré sauce soja. Rico !

18 octobre 2010 : ? - Banos del Inca

Nous poursuivons notre route avec Ken. Il nous faut à nouveau passer un col à 3600m. Mais cette fois-ci on finit dans les nuages et le froid. Et de l’autre côté, c’est la pluie qui nous accueille pour ne plus nous quitter jusqu’aux Banos del Inca, ville thermale proche de Cajamarca. Nous montons nos tentes à proximité des bains avec la ferme intention de se prélasser dans des eaux à 70°C toute la soirée. Raté, le lundi c’est fermé ! Rendez-vous demain à l’ouverture à 5h du matin…

19 octobre 2010 : Banos del Inca - Cajamarca

Ces piscines thermales dans lesquelles les Incas venaient soigner leurs blessures n’ont pas le côté populaire de Banos, Ecuador. Il s’agit plutôt d’un complexe touristique aseptisé où chacun se plonge dans son bain privé. On en profite tout de même pendant 1h30 avant de sortir pour boire dans la rue un jus d’ananas frais suivi d’un café completo et d’un bol de riz soufflé. Toute cette préparation de sportif de haut niveau pour faire l’étape la plus … courte du voyage : 6km pour rejoindre Cajamarca où nous devons nous arrêter pour décider de la suite du voyage. Cela faisait bien longtemps que nous n’avions pas été dans une grande ville avec voitures, bus, pollution, bruit et un escadron de gendarmettes qui «organisent» la circulation à l’inverse de l’indication des feux dans une belle cacophonie de sifflets. Un vrai régal à vélo…

Pour la petite histoire, c’est ici qu’en 1533 fût capturé et tué l’Inca Atahualpa par les Espagnols et que bascula le destin du continent. Malheureusement tous les vestiges incas furent détruits.

Allez, encore un beau spécimen rencontré sur la route pour finir :

20 octobre 2010 : Cajamarca