Florian
Florian Cyclo-voyageur. Auteur du livre 'une famille un monde'

Des canaux à la mer

Des canaux à la mer

16 juillet : Générargues - St Martin de Londres

La route qui nous emmène des Cévennes à la vallée de l’Hérault est superbe.

Nous trouvons de l’ombre et de l’eau fraîche au cœur des villages.

Nous roulons toute la soirée sous un soleil moins agressif. 55km plus tad, nous sommes à St Martin de Londres dont le nom, comme son homonyme anglais, signifie “colline brumeuse”.

Mais de brume, nous ne trouverons pas. Seule une place de village garnie d’une fontaine à laquelle tous les cyclistes de passage viennent boire. Pensant qu’elle est peut-être sacrée et qu’elle décuple la force des mollets, j’en prends un litre. Sait-on jamais…

17 juillet 2010 : Repos

Zoé profite de la piscine où les règles sont clairement indiquées par une grande peinture murale :

A la fin de la journée, nous pensons troquer le tandem contre un tridem. Conclusion : trop large.

18 juillet 2010 : St Martin de Londres - Gignac

Belle route dans la Garrigue.

Villages sympas.

Grandes descentes.

Route barrée.

Il faut remonter !

Arrivée dans la vallée de l’Hérault et nuit à la belle étoile dans un coin tranquille.

19 juillet : Gignac - Vias

Carine et moi essayons de confier le pliage des matelas aux filles.

C’est un échec.

Nous suivons la vallée de l’Hérault vers la mer. C’est une motivation supplémentaire pour Zoé. D’ailleurs nous roulons 65km aujourd’hui. Les petites routes que nous empruntons sont désertes alors que les autoroutes sont saturées. Tant mieux pour nous. Notre seule préoccupation est de trouver de l’eau (15 litres dans la journée !). C’est ainsi que nous faisons la connaissance de Jean-Marie qui après avoir rempli nos gourdes et, visiblement inquiet pour nos filles, nous propose d’aller cueillir des prunes et des figues. Il nous montrera ses cochons et ses lapins et nous repartirons les vélos ornés de plumes de paon !

20 juillet 2010 : Vias - Colombiers

Après une nuit non loin de cap d’Agde où les vendanges (celles des touristes) ont déjà commencé, nous suivons le canal du midi direction Béziers. C’est un vrai régal de pédaler à l’ombre le long de l’eau.

Sur la partie asphaltée avant Béziers, nous ne sommes pas vraiment seuls (136 cyclistes croisés d’après la comptabilité tenue par Zoé). Petit cours pratique sur le fonctionnement d’une écluse et passage devant l’impressionnant escalier d’écluses (21 m de dénivelé).

Toutes les nationalités viennent prendre en photo ce système. Nous sommes également photographiés par les plaisanciers dont nous dépassons les embarcations. Enfin un engin motorisé plus lent que nous !

21 juillet 2010 : Colombiers - Sallèles d’Aude

Rouler le long du canal du midi est presque trop simple. Heureusement quelques incidents techniques et une chute sans gravité viennent pimenter la journée. Nous bifurquons le long du canal de la Robine pour rejoindre Narbonne.

22 juillet 2010 : Sallèles d’Aude - Port la Nouvelle

Franchir l’Aude par un pont de chemin de fer a été notre petite aventure du jour. Épaulés par un couple de cyclistes et deux randonneurs, nous avons monté les vélos, puis les sacoches et enfin la remorque sur le pont.

Mention spéciale à Théo (11 ans) qui nous a bien aidé dans cette opération qui a duré presque une heure.

C’est fou ce qu’on est prêt à faire pour éviter les voitures.

Après un pause repas au centre de Narbonne, nous retrouvons la mer. Vent et orages toute la nuit.

23 juillet 2010 : Port la Nouvelle - Port Barcarès

D’un port à l’autre, nous essayons de suivre les tronçons d’une piste cyclable discontinue empruntés également par les voitures et les camping-cars à la recherche d’un endroit tranquille. Entre l’étang et la mer, la route traverse aussi bien la pinède que les alignements de résidences touristiques en bord de mer. On est loin des superbes pistes cyclables de la côte atlantique.

Le soleil a baissé en intensité remplacé par son ami le vent. Si les rafales ont bien failli nous faire tomber de nos vélos, il faut reconnaitre que ce vent venant de la terre nous a souvent poussés. Avec la carriole en guise de voile, plus besoin de pédaler.