Florian
Florian Cyclo-voyageur. Auteur du livre 'une famille un monde'

Ardèche, Gard, Cévennes et "Papy"

Ardèche, Gard, Cévennes et

Après 2 jours de repos mérités (?), nous repartons le 12 juillet et rattrapons le Rhône derrière Donzère.

Et comme la circulation ce lundi matin est plutôt calme, nous restons sur la N86 jusqu’à St Martin d’Ardèche. Le lieu est hautement touristique et, pour faire plaisir à Zoé, nous nous rendons dans un camping avec piscine trop cher et peu agréable.

Le lendemain (13 juillet) nous profitons une dernière fois de la piscine (à ce prix là!) avant d’attaquer les routes vallonnées de l’Ardèche et du Gard. Il fait chaud alors les 11°C de l’Aven d’Orgnac à 100m sous terre nous font de l’œil. Zoé et moi mettons nos polaires (nous ne les aurons pas transportées pour rien) et visitons pendant une heure ce gouffre climatisé. Puis direction le soleil couchant et nuit à Barjac.

Ce 14 juillet, nous fuyons les départementales surchargées et entrons dans les Cévennes par les routes secondaires. Les premiers village traversés sont loin de l’image de carte postale véhiculée par cette région. Même l’accueil ne suit pas. Carine aura du mal à obtenir de l’eau dans un bar pour nos gosiers assoiffés. La route s’embellit à l’approche d’Alès. Nous traînons au bord des cours d’eau et nous faisons pêcher les enfants pour le repas du soir.

Le résultat de la pêche ne suffisant pas à la survie de notre famille, nous nous enfilons 1kg de frites à la première fête du 14 juillet rencontrée. A 20h passées, nous cherchons où dormir et suivons sans trop y croire les indications que l’on nous a données pour un “petit camping familial”.  Le camping est bel et bien fermé mais son propriétaire est toujours bien là qui nous propose dans l’ordre : de nous recevoir, de nous ouvrir un de ses chalets, de nous préparer le repas pendant qu’on se baigne dans sa piscine et de boire une coupe de champagne suivi d’un excellent vin rouge.

[

“Donner sans recevoir” est le plaisir de Guy, la soirée, la nuit et le petit déjeuner étant offerts gracieusement. Les filles sont aux anges et nous n’en revenons pas d’une telle hospitalité. Dommage qu’un fonctionnaire zélé ait poussé le camping à fermer. Ça devait être quelque chose quand “Papy” recevait les famille d’habitués ! Et comme les bonnes choses arrivent par lot, nous rencontrons aussi Jules qui, en nous voyant arriver avec nos vélos chargés, nous explique qu’il a effectué plusieurs tours de France à vélo et à pied et qu’il envisage un tour d’Europe à vélo et un tour du monde à pied. Zoé passera la soirée avec sa fille Anaïs. Merci à tous.

**15 juillet : **Après cafés, tartines et confitures maison, nous quittons avec regret Guy pour descendre vers le sud des Cévennes.

Nous annulons notre idée de descendre vers Anduze quand on apprend que 80 000 touristes envahissent le village l’été. On s’arrête à quelques kilomètre en amont. Un accès wifi inespéré, et voilà le blog qui avance.

LES SECRETS DERRIÈRE LES ASCENSIONS FULGURANTES ENFIN RÉVÉLÉS :

Le carburant :

Le moteur :

Le GPS :

A bientôt.