Florian
Florian Cyclo-voyageur. Auteur du livre 'une famille un monde'

Un anniversaire

Un anniversaire

Il y a à Buenos Aires, comme dans toutes les villes du monde, de jeunes cadres dynamiques qui affichent leur réussite sociale dans les rues chics de Puerto Madero, de pauvres gens qui survivent sous des tôles à proximité du port, des magasins chics à l’entrée par vraiment libre, des vendeurs ambulants proposant des gadgets inutiles, des restaurants où l’on s’ennuie devant un plat trop bien présenté pour être honnête, des fast-food pas vraiment fast ni vraiment food, des rames de métro où l’on se fait broyer les côtes aux heures de pointe, des rues si calmes qu’on se croirait à la campagne, de magnifiques édifices, d’ignobles tours en verre, des 4x4, des vélos, des portenios, des touristes et des manifestants. Rien qui ne mérite vraiment une photo.

Mais, il y a aussi de beaux ragondins, des lapins géants , un théâtre de 4000 personnes aux tarifs prohibitifs, un autre bien plus populaire, une réserve écologique au pied des grattes-ciels, un théâtre reconverti en librairie, une tour de Babel de livres, une Venise champêtre, des sous-terrains secrets, des cyclistes sympas et des horaires d’ouverture toujours aussi aléatoires.

Et un anniversaire : il y a très exactement un an nous montions sur nos vélos pour descendre vers l’Espagne. Un an plus tard, nous remontons sur nos vélos mais cette fois-ci dans les rues de Buenos Aires et pour rejoindre le cargo qui partira lundi 4 juillet au matin direction le Brésil puis le Sénégal. Il nous faudra entre trois et cinq semaines avant de rejoindre la mère patrie. Durant ce temps, nous ne serons guère en mesure de vous donner des nouvelles, les communications sur les cargo étant réduites au minimum et réservées aux cas d’urgence. Nous essaierons de nous connecter à Internet dans les ports quand ce sera possible. Alors d’ici là, profitez de l’été, des vacances, du soleil en abondance et comme dit le philosophe, n’oubliez pas de vivre et de réaliser une bonne fois pour toute que demain ne vous apportera rien qu’aujourd’hui ne vous ait déjà offert…